Ma premiere partie, jouer defensif

Par labaruss

C’est votre première partie. Quitte à choisir un scénario nous vous conseillons « la bataille d’Eylau ». Dans cette seconde partie de l’article (la première étant consacrée au jeu offensif), nous partons de l’idée que vous allez jouer ce scénario.

Les pertes et le désordre

Le jeu est construit autour d’une idée force très simple : les pertes sont toujours initialement morales. Durant le jeu les unités doivent à diverses reprises tester leur moral. Un premier test de moral perdu place l’unité en désordre. Une fois en désordre, toute perte est aggravée et entraine une perte d’effectif (Vc) car une partie des effectifs déroute ou tombe au combat.

Voyons ce que vous devez chercher à ressentir ou faire pour assimiler ce qui précède durant vos toutes premières parties.

Le jeu défensif

Jouer défensif n’est pas une conduite de jeu normale et qui doit être générale à toute votre armée. Sur toute votre ligne de front vous allez devoir souvent jouer défensif sur un secteur avec pour ambition de ne pas vous effondrer, tandis que plus loin votre armée demeure en situation offensive. Il en est ainsi du jeu de guerre, c’est par le contrôle des zones « faibles » que vous créez des zones « fortes ».

Il est facile de reconnaitre les secteurs de votre ligne de bataille qui demandent un jeu défensif : vous accumulez en un endroit les unités en désordre. Voyons donc vos missions là où il faut tenir coûte que coûte et garder un peu de cohésion :

  • Votre artillerie est-elle utile ?
  • Reformer votre ligne de bataille : alternance de la seconde ligne et commandement
  • Ne vous perdez pas en combats inutiles

1. L’artillerie

Lorsque votre ligne de front est  perturbée ça va commencer à replier. L’ennemi avance et vos batteries doivent à tout prix former votre meilleur appui défensif. Si vos batteries sont « out » car vous n’occupez pas des positions hautes ou ne disposez d’aucune ligne de vue, vous aurez du mal à défendre. Vos meilleurs atouts sont les hauteurs et votre pire ennemi les batteries ennemie trop proches. Défendre consiste juste parfois à accepter de quitter une position trop bien soutenue par l’artillerie ennemie : ne vous battez pas contre un mur  !

2.  Reformer votre ligne de bataille

Vous arrivez en phase de déplacement. Soyez clairvoyants, une ligne de bataille fragilisée le sera toujours d’autant plus qu’elle ne forme pas un front uni et cohérent car les unités isolées ou faisant saillie seront malmenées plus tard puisqu’en général débordées. Jouer défensif vise essentiellement à présenter en fin de tour une ligne de front en ordre constituée d’unité fraiches.

Les unités en désordre doivent pour se remettre en ordre quitter les zones de contrôle ennemie (le front disons). Il est vital de les replier volontairement afin qu’elles reforment leurs rangs. Vous avez donc obligation de repli. Rien de tel qu’un second rideau d’unité fraiches alors pour suppléer les troupes qui doivent rallier car ce second rideau vous permet de ne pas replier globalement et lacher du terrain mais de remplacer des « usés » par des « frais ». Au delà du désordre, visible puisqu’indiqué sur les unités, regardez vos valeurs morales : vos pions commencent-ils le tour de jeu avec la caractéristique cerclée d’un liseré blanc ou non ? Le liseré blanc signale que le moral de cette unité est au maximum. Elle est donc « au mieux ». Le moral se rallie aisément en fin de tour puisqu’il suffit d’être sous commandement de votre général de corps ou à défaut sous celui de votre général d’armée pour gagner 1 Mo. Or quand on débute on oublie aisément de vérifier la position des généraux ou plus simplement on oublie de les bouger car on s’attarde sur les troupes (grave erreur que voilà)…

Incidence du terrain

Lorsqu’on défend, le terrain devient vital car il offre un couvert. Dans notre règle l’effet principal est simple puisque tout hexagone qui n’est pas vierge est de nature accidentée. Impossible d’attaquer alors en bénéficiant du bonus pour désordre. Les charges y sont proscrites. Les ruisseaux limitent les soutiens. Certaines positions (telles que les retranchements par exemple) forment un tel couvert qu’elles contraignent même les rapports de force à 1/1 quelque soient les effectifs engagés car seule une partie infime des troupes présente ne peut s’engager. Foutez vous la paix avec toutes ces règles mais assimilez juste que quitte à défendre autant le faire en zone bâtie ou en appuyant son flanc sur un bois.

3. Bien combattre

Faisons simple pour les combats dans les secteur défensifs : bannissez les combats indiqués comme 1 contre 1 et ne combattez pas avec les unités dont la valeur morale n’est pas optimale (liseré blanc). Vous avez dans ces combats là 50% de chances de subir les pertes puis d’avoir à tester votre moral.

Si vous êtes joueur et aimez les risques, regardez le moral des deux protagonistes. L’expérience des troupes est alors déterminante car c’est elle qui fait la valeur morale initiale : un vétéran Mo7 ou une unité de garde Mo8 peut toujours supporter des pertes morales, tester son Mo puis demeurer en ordre, ce qu’un conscrit Mo5 ne tentera pas. Qui est le plus expérimenté ou frais ?

Pour finir

Ne confondez pas le jeu défensif et la retraite générale ! Si vous en arrivez à subir partout c’est que vous n’avez pas joué défensif au bon moment. Il vaut mieux abandonner une position intenable puis rallier que de perdre une bataille pour s’être trop aventuré. Jouer avec un peu de profondeur (quelques troupes fraiches sur l’arrière) permet le plus souvent de jouer défensif sans quitter position. Mais si vous devez replier, faites le au bon moment, à l’écoute des indicateurs que sont le « désordre », l’usure morale (Mo) ou le sous effectif (Vc).


Une réponse pour “Ma premiere partie, jouer defensif”

Répondre