La bataille d'Austerlitz

Le 02 décembre 1805

Les parties en cours

 


Jouer notre scénario historique "La bataille d'Austerlitz"

La bataille dure 17 tours. Début de la bataille à 7 heures du matin et se termine à 15 heures 30 .

Les Austro-russes jouent en premier.

Austro-russes

Liechtenstein est doté du trait "Couvrir" qui le contraint à se tenir dans une large zone autour du mamelon du Stari Vinhorady (zone surlignée) : en dehors de cette zone ses troupes ne rallient pas.
La garde impériale menée par Constantin arrive sur la carte au tour 4 depuis Austerlitz.

Français

Les divisions Merle et Levasseur, de fort effectif, sont scindées en demies brigades afin de pouvoir occuper les positions de Kobelnitz à Telnitz.

Le IIIe corps de Davout arrive à partir du 2e tour formé de troupes éparses et usées par leur marche depuis la direction d'Ottmarau/ Turas. Afin de figurer l'usure et l'arrivée progressive des troupes durant la journée, les VCs et MOs des différentes brigades sont plus bas que ceux attendus. Ces valeurs remonteront si le joueur soigne leur ralliement durant la journée.

Davout est de plus doté du trait "Autorité" qui lui permet de prendre le commandement des troupes non commandées. Les formations du IVe corps de Soult sises sur l'axe Sokolnitz/Telnitz se verront donc commandées à l'arrivée de Davout.

Napoléon est doté du trait Stratège qui procure une phase de jeu supplémentaire. La garde française dirigée par Oudinot est en Réserve et dotée du trait "Elite". La cavalerie de la garde de Bessières est dotées du trait Brave.

Jouer "Austerlitz"

Chaque prise d'objectif rapporte 3 points de victoire.
Les scores médians actuellement constatés se basent sur 305 parties.
Ils sont de 31 à 33 (austros-russes/français).

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour jouer.

Scénario "Austerlitz, placement libre" (bêta test)

Austerlitz libéré des contraintes de placement (y compris au Santon qui perd également ses retranchements) et exempts d'objectifs géographiques.

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour jouer.

Guide de la bataille

A l’aube du 02 décembre 1805, 4 colonnes d’attaques Russes descendent du plateau de Pratzen pour détruire la droite Française et envelopper la Grande Armée. Il s’agit des troupes de Langeron, Prebyshewski, Kienmayer et Doctorov. Kienmayer dès 07h00 va se lancer sur Sokolnitz tenu par des éléments de la division Legrand (IV° corps de Soult). Cette colonne y sera rendu inopérante et désorganisée par la résistance française.

Huit heures trente

Les troupes de Langeron viennent relayer Kienmayer et se lancent à l’assaut de Sokolnitz qui changera plusieurs fois de mains. Mais Davout est arrivé entre temps avec la division Friant et s’accroche à sa ligne entre Sokolnitz et Telnitz. Ce dernier village est attaqué à plusieurs reprises par les troupes de Doctorov qui sont à chaque fois reconduites par les charges des dragons.

Neuf heures trente

Parvenant enfin à coordonner leurs attaques, Langeron et Doctorov parviennent à chasser les français des 2 villages mais ils ne pourront exploiter cet avantage du fait de l’attaque de Soult sur le Pratzen.

Pendant ce temps les divisions Saint Hilaire et Vandamme (IV° corps de Soult) sortent du brouillard et prennent de flanc les colonnes de Prebyshewski et Kollowrath qui descendaient en soutien de Langeron et Doctorov. Surpris les Russes ne peuvent résister et refluent en désordre. A 09h00 les environs de Pratzen sont occupés par les français qui ne vont cesser de renforcer leurs positions. C’est alors que Langeron s’apercevant de la catastrophe va tenter de renvoyer une partie de sa colonne sur le plateau, suspendant l’exploitation de la prise de Sokolnitz pour ne faire qu’ajouter du désordre dans ses propres troupes. Sur la droite française, malgré son infériorité numérique, Davout va prendre l’offensive.

De dix à onze heures

Les divisions de Bernadotte viennent prolonger la gauche de Soult pour s’emparer du Stary Vinohardy.

De onze heures trente à treize heures

La cavalerie de la Garde Russe charge l’infanterie française un peu en l’air. Malgré le soutien de voltigeurs dans les vignes, un carré français est enfoncé. Bessières envoie la Cavalerie de Garde Impériale qui parvient après plusieurs charges à ramener puis rompre la cavalerie russe. L’infanterie de la Garde Russe sera prise dans le désordre et n’interviendra guère (toujours les tirailleurs dans les vignes).

Quatorze heures

A ce moment là on peut dire que la bataille est terminée, les Russes n’ont plus de réserve et leur armée est coupée en deux. Napoléon va faire pivoter le corps de Soult vers la droite pour piéger la gauche russe entre lui, Davout et les étangs. Seule la Garde Russe et le corps de Bagration, bien éprouvé mais assurant l’arrière garde, retraiteront somme toute tranquillement.

Bagration a livré bataille toute la matinée à Lannes et Murat, malgré quelques succès comme l’arrivée d’une poignée de cosaques aux pieds du Santon, il ne cessera de reculer tout en maintenant la cohésion de sa colonne. Ces combats n’ont pas eu d’influence sur la décision.

Belinconnux


Approfondir

Ordre de bataille

Consulter notre ordre de bataille complet détaillé à la brigade.

Sources

Plan de la bataille d'Austerlitz, par le capitaine du génie Calmet Beauvoisin (Bibliothèque nationale de France).
Les positions des armées au matin (source napolun.com), modifié par la carte du capitaine de génie Calmet Bonvoisin (Boyé face au Stari Vinhoradi, zone d'arrivée de Davout, position de Margaron).

Bibliothèque en ligne

La bataille d'Austerlitz Par Karl von Stutterheim

HISTOIRE DES ARMÉES FRANÇAISES DE TERRE ET DE MER DE 1792 A 1833 FRANCE MILITAIRE